Lama Cycles - Bike parts distribution company
 

Highland Mountain Bike Park, Part 2

1 août

 
Mon vélo de descente avait souffert donc (pas un Morewood l'an dernier...).

Ceci m'amène à parler de l'atelier dans le chalet. Trois mots pour celui de Highland: service hors pair. De loin le meilleur que je n'ai jamais eu pour une station de vélo de montagne. Les mécanos sont très cool et relax, j'ai à peine perdu l'équivalent de deux descentes en 3 jours; ils ont soit fait la réparation on the spot ou ils ont gardé mon vélo à la fin de la journée pour me le remettre le lendemain matin. Il y a même un mécano qui est sorti m'aider dehors alors que je forçais comme un cinglé, embarqué à genou sur une poubelle pour essayer de remettre mon pneu sur la jante : « I put more tires on a wheel in a day than you'll do in your whole life » qu'il m'a dit. Vous n'aurez jamais ce genre de service dans un gros centre de bike comme disons Whistler;  trop de monde ce qui cause une certaine hiérarchisation de la société. Il y a les locaux ou classe supérieure et les touristes ou classe inférieure. Ces derniers attendent leur tour, font la file au bar et n'ont pas droit à un sourire. Je parle d'expérience, j'ai fait partie des 2 classes.

Une autre de mes surprises à Highland fut la présence d'un véritable crowd roulant seulement un hardtail ou un vélo de slopestyle. Et pour cause, ils sont servis à souhait à Highland. Outre le très impressionnant parcours de slopestyle qui leur est dédié, mentionnons la présence de 2 spots de dirt jumps, une pump track et un parcours de dual slalom. L'un des spots de dirt jumps s'appelle la forêt de Sherwood. Comme son nom l'indique, il est dans le bois. Il y a 2 lignes de sauts, une pas trop difficile techniquement  et une plus difficile, les 2 lignes se terminent par un wall que l'on peut voir sur la couverture du magazine Decline de janvier/février 2010. L'autre parcours de jumps est exposé au soleil et les sauts y sont considérablement plus gros. Tout au bout, il y la pump track, vraiment bien faites. Le parcours de dual slalom est un vrai petit délice, même avec un vélo de DH. Nous ne sommes pas habitués à ça au Québec mais, le dual slalom est très populaire aux USA, les américains sont d'ailleurs fâchés contre l'UCI de ne pas inclure ce sport dans les coupes du monde. Le parcours permet de pratiquer les virages sur du plat, pomper des bosser, « railer » des bermes et enchaîner tout ça rapidement.
 
 
Photo: Chris Vanderyajt
Rider: Adam Hauck dans la forêt de Sherwood
 
Il y a un bémol tout de même. Je ne suis pas un expert en construction et entretien de pistes mais, toutes ces infrastructures doivent nécessiter beaucoup d'entretien. Ces parcours s'usent vite et l'entretien doit être dur à maintenir partout sur la coche en même temps. Par exemple, lors de mes 2 séjours, la fin du parcours de dual slalom et le parcours de gros dirt jumps à côté de la pumptrack étaient en très mauvais état.

J'ai compris la leçon : j'ai amené mon hardtail en 2010. Très bonne décision car en plus l'été dernier Highland a inauguré son tout nouveau Highland Training Centre (HTC). Ce dernier est très similaire au Air Dome de Whistler pour ceux qui le connaisse. Il contient un foam pit et quelques modules à l'abri des intempéries. Génial pour perfectionner les jumps et lorsqu'il pleut dehors. Il sert, entre autres, pour les campeurs du AYR Academy, le camp de vélo de Highland offrant 4 sessions d'une semaine cet été pour les jeunes de 18 ans et moins. Pas de camp pour les adultes.

Toutes ces émotions donnent faim. Vous voulez vous amener un lunch parce qu'on ne mange que de la scrap dans les cafétérias et encore plus si on est aux États-Unis. Détrompez-vous, à mon grand étonnement la cafétéria de Highland offre un menu varié, santé et à prix raisonnable. Je recommande fortement d'essayer les sandwichs customs, vraiment excellent, j'en ai mangé 4 en 3 jours.

À quoi Highland doit-elle son succès? La qualité et la diversité de ces pistes? Son parcours de slopestyle massif? Ses bons sandwiches? Oui, toutes ces raisons donnent le goût d'y retourner mais, tout en haut de la liste, Highland doit son succès à son marketing efficace et ses efforts soutenus pour se faire connaître. Saviez-vous qu'il y a du vélo de montagne à Killington? Non. Moi non plus je ne le savais pas parce que les dirigeants de la place n'ont pas vraiment le goût d'investir dans les pistes et ne connaissent rien au marché du bike. Je tiens ça de la bouche du gars qui se bat pour pouvoir utiliser une pelle mécanique pour aménager des pistes décentes à Killington. Mark Hayes, le proprio de Highland, de son côté, a su investir dans un réseau de pistes de qualité et surtout faire parler de sa montagne dans tous les médias de vélos de montagne, en particulier grâce à l'organisation d'une compétition de slopestyle d'envergure : le Claymore Challenge. Cette compétition est en train de devenir un incontournable sur la scène du slopestyle avec les 2 Crankworx. Le Claymore Challenge est d'ailleurs maintenant un événement catérgorie Or du Freeride Mountain Bike World Tour. Je ne sais pas si Highland est profitable présentement mais, croyez-moi, ça viendra!

En somme, Highland est résolument un « freeride park » d'un niveau de qualité et de plaisir très élevé. Mais là réside également son petit défaut. Les amateurs de DH pur et dur pourraient rester sur leurs faims. Il n'y a pas de piste digne d'un parcours de course de DH technique comme on les connait au Québec (Bromont, Ste-Anne) ou ailleurs également dans l'Est des États-Unis (Whiteface, Diablo).

Highland devrait définitivement faire partie de vos projets de trip de bike, sans faute.

À venir : j'irais tester mon Morewood Kalula à Highland et prendrez note des nouveautés pour 2011… un parcours de DH? À suivre.

Fin de la part 2
 
0 commentaire


Ajouter un commentaire

Nom :*
Courriel :
Commentaire :*

 
NOUS SOMMES DES LAMAS SOCIAUX
Facebook
Vimeo
Twitter
Pinkbike
CONTACTEZ NOUS AU :
1-888-295-LAMA
 
ACCÈS
 
NS Bikes
Octane one
Formula brakes
Industry nine components
Five ten
 
 
© Tous droits réservés Lamacycles Inc.
PenseWeb.com - Système de commande